• statsmaritimes@imar.ca
Entête du bulletin

Bulletin trimestriel

Numéro 15, avril 2020


Ce Bulletin du Système d’information maritime (SIM) présente un sommaire de l’activité maritime sur le Saint-Laurent et le Saguenay pour l’année 2019. Il fait état plus spécifiquement des données relatives aux mouvements des navires et leurs capacités de charge au cours de la dernière année.

Rappelons que le SIM dispose d’une interface web (www.statsmaritimes.com) sur laquelle se retrouvent les bulletins antérieurs de même que de nombreuses informations statistiques liées au domaine maritime. Les personnes intéressées peuvent, en ligne, souscrire à un des deux plans d’abonnement offerts par le SIM. L’abonnement permet l’accès à l’ensemble des bases de données et offre la possibilité aux usagers de faire des requêtes personnalisées.

Bonne lecture !

Mathieu St‐Pierre, Président‐directeur général
SODES

Sylvain Lafrance, directeur général
Innovation maritime


Dans ce numéro


Suivi de l’activité maritime

Bilan de l’année 2019

Le bilan de l’année 2019 est positif, tant au niveau du nombre de mouvements que de la capacité de chargement (port en lourd) des navires opérant dans la zone Saint-Laurent/Saguenay.

Avec 9 077 mouvements de navires, 2019 affiche une augmentation de 11% par rapport à la moyenne des cinq dernières années (2014-2018, 8 203 mouvements). Il s’agit, par ailleurs, de 179 mouvements de navire de plus qu’en 2018 (8 898 mouvements de navires enregistrés), soit une augmentation de 2%.

Figure 1 - Trafic mensuel sur le Saint-Laurent et le Saguenay

(Nombre de mouvements de navires)

Sources : INNAV, IMAR

Outre la hausse du nombre de déplacements des navires, on note également une augmentation de la capacité de chargement des navires en 2019. Pour ladite année, le port en lourd total s’est chiffré à 364 millions de tonnes, une hausse de 9% comparativement à la moyenne des cinq dernières années (2014 à 2018 : moyenne annuelle de 335 millions de tonnes). Comparée strictement à 2018, la dernière année montre une augmentation de 3 392 062 tonnes, soit une majoration de 1% du port en lourd total (2018, 360 millions de tonnes).

Figure 2 - Capacité totale mensuelle des navires

(milliers de tonnes de port en lourd)

Sources : INNAV, IMAR

Comme le laissaient voir les statistiques publiées dans des bulletins précédents, ce sont les navires de vrac solide qui cumulent le plus grand nombre de mouvements pour l’année 2019 (3844). Cependant, la fluctuation des prix pour certaines marchandises en vrac durant cette année fait en sorte que les résultats pour ce type de navires se situent dans la moyenne de ceux des cinq dernières années (3855 mouvements) et représentent une diminution de 4% si on les compare strictement à 2018 (4023 mouvements). Notons cependant que la capacité de chargement des vraquiers pour 2019 (total du port en lourd, 216 233 753 tonnes) affiche tout de même une majoration de 4% par rapport à la moyenne 2014-2018 (207 750 119 tonnes) et une faible diminution (-1%) comparativement à 2018 (217 794 278 tonnes). Les données sur un horizon de six ans (2014-2019) laissent voir une tendance à la hausse des dimensions des navires vraquiers opérant sur le Saint-Laurent/Saguenay.

Les navires de vrac liquide terminent l’année 2019 avec sensiblement le même nombre de mouvements (2284 mouvements) qu’en 2018 (2274 mouvements). Ce résultat représente une majoration de 15% par rapport à la moyenne des cinq années précédentes (2014-2018 : 1991 mouvements). Le total de port en lourd de 2019 (87 122 858 tonnes) est, quant à lui, en hausse de 2% par rapport à 2018 (85 751 221 tonnes) et de 14% si on le compare avec la moyenne des années de référence (2014-2018 : 76 098 611 tonnes).

Le bilan de l’année 2019 est également positif pour les navires porte-conteneurs. Ceux-ci ont généré au total 1032 déplacements durant l’année 2019 pour un total de port en lourd de 42 909 969 tonnes. Au niveau du trafic, il s’agit d’une majoration du nombre de mouvements de 15% par rapport à la moyenne des années de référence (2014-2018 : 896 mouvements) et de 5% si on compare seulement avec l’année 2018 (982 mouvements). Pour le total de port en lourd, qui donne une indication sur la capacité de chargement des navires, l’augmentation est de 6% par rapport à 2018 (40 589 667 tonnes) et de 23% par rapport à la moyenne annuelle des années 2014-2018 (34 950 930 tonnes). Ce bilan positif s’explique par la mise en place de nouveaux services desservant le port de Montréal (voir le bulletin 14).

De façon générale, le trafic maritime montre depuis quelques années une tendance à la hausse, cela tant au niveau du nombre de navires opérant sur le Saint-Laurent/Saguenay que de leur capacité de chargement. Ces bons résultats peuvent être associés à la croissance économique soutenue qu’on observe depuis désormais une dizaine d’années. La pandémie actuelle liée au Covid-19 a déjà et aura certainement pour quelque temps encore des impacts majeurs sur l’économie. Il sera intéressant, dans ce contexte, de suivre de façon attentive l’activité maritime. Jusqu’à maintenant, pour diverses raisons d’ordres logistique, commerciale ou économique, il semble que les impacts sur le trafic soient relativement limités. Toutefois, le ralentissement de l’économie, ou pire la récession qui pourrait suivre la crise actuelle, n’épargnera sûrement pas le domaine maritime qui dépend pour beaucoup du commerce international. Les mois à venir nous permettront de mieux juger des impacts sur le trafic de navires dans le système Saint-Laurent/Saguenay.